Entre deux continents

Mon dernier message date d’il y a presque un an alors que je venais d’accoucher. Je m’étais déjà dit à l’époque que j’allais rattraper le retard de l’année précédente, mais je n’y suis pas vraiment parvenue.
Je crois que si je ne blogue quasiment plus, c’est parce que je pense que les blogues sont moins populaires et que je m’y intéresse moins pour privilégier les médias sociaux tels qu’Instagram ou Ravelry qui sont plus instantanés, plus rapides à survoler et qui se focalisent majoritairement sur le contenu visuel. C’est un peu dommage finalement, car d’un autre côté, je renouvelle le nom de domaine de mon blogue chaque année sans me résoudre à le fermer, c’est qu’il doit encore être important pour moi.
Maintenant que j’ai un peu plus de temps, je vais tâcher de mettre à jour ici ce que j’ai tricoté et cousu cette dernière année, même si vous y verrez peut-être des photos que je vous ai déjà montrées sur Instagram. En effet, Métro-boulot-tricot est pour moi une sorte de journal des projets créatifs dans lesquels je me suis lancé et je sais que je serai heureuse de pouvoir retourner dans cet espace pour les y retrouver.
Aujourd’hui, je vais commencer par vous faire découvrir le dernier pull que j’ai terminé : Breathing space de Veera Välimäki.
Il est assez original par rapport à ce que j’ai l’habitude de tricoter, car c’est mon premier pull à rayures, en fingering, avec une forme asymétrique et des manches 3/4.
Pour le réaliser, j’ai utilisé un écheveau de 100g (400m) d’Undercover Otter Squirm Sock col. Jamie Lee acheté l’été dernier à Amsterdam dans la célèbre boutique de Stephen West : Stephen & Penelope. Mon choix s’est arrêté sur celle-ci, car j’adore ses taches de couleurs (speckels) et surtout parce que je voulais un souvenir de ma visite et qu’Undercover Otter est teinte à la main à Amsterdam même !
Pour le coloris uni, j’ai acheté 3 écheveaux (940m au total) de Miss Babs Hot Shot col. Dark pegasus acheté au Sheep and wool festival de Rhinebeck en Octobre 2017.
L’association des deux me plait beaucoup ! Je suis contente d’avoir réussi à faire en sorte que la partie avec les rangs raccourcis tombe au-dessus de la poitrine. Avec mon nouveau style de vie de maman bien occupée, je suis heureuse d’avoir des manches assez courtes, car ça m’évite de les laisser trainer partout et de devoir sans cesse les relever quand je me lave les mains.
La seule petite difficulté que j’ai eue était de tricoter une jonction propre au niveau du changement de couleur sur le côté du chandail et aux manches. J’ai voulu adopter la technique de la maille glisser pour éviter l’effet d’échelle (ou de démarcation voir ici), mais, je ne sais pas pourquoi, ça n’a pas fonctionné donc on voit très bien où se situe mon changement de couleur. Après, ça ne me dérange pas tant que ça, car je ne passe pas ma vie les bras en l’air !
Quant à la laine, j’ai l’impression qu’elle bouloche un peu, à voir avec le temps. Contrairement aux autres pulls que j’ai celui-ci est aussi moins chaud, je suppose que c’est dû à la matière (80% merino, 20% nylon) et au poids de la laine (fingering), idéal pour l’automne ou le printemps québécois !


Rendez-vous sur Hellocoton !

3 commentaires au sujet de « Entre deux continents »

  1. Hello! Je n’avais pas fait le lien entre ton instagram et ton blog :) c’est plaisant de te retrouver, ainsi que tes tricots plus en détails ici. Et ton breathing space est LA version qui risque de me faire craquer pour ce patron!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>