Atelier teinture au Greener Shade Acid Dye

Il y a quelques temps, avec une amie, nous nous sommes amusées à faire un peu de teinture. Nous avions toutes deux acheté le kit Greener Shades Acid Dye et de la laine non teintée Knit Picks.
Matériel :
- une grande marmite
- un thermomètre de cuisine
- une balance précise
- des cuillères ou tasses à mesurer
- des gants
- un grand plastique pour protéger la table
Ingrédients :
- 1 teaspoon of Red flame
- 1/8 teaspoon of Black
- 1/4 teaspoon of Orange
- 2 teaspoons of acid citric
- for 24 cups of water
- for 200gr of yarn
Recette :
On a commencé par imbiber la laine d’eau vinaigrée, puis nous l’avons rincée.
Ensuite, nous l’avons mise dans une grande casserole d’eau que l’on a chauffée à 100°F pendant 15min.
Nous avons ajouté, par petite touche, la teinture préalablement mélangée. On voulait essayer d’avoir des teintes différentes.
On a laissé quelques minutes puis mélangé le tout mais pas trop car il ne fallait pas que ça feutre. On a laissé pendant 10min.
On a augmenté la température à 175°F et laissé « cuire » pendant encore 10min. Puis, on a ajouté de 1 cc d’acide citric pour que la laine s’imprègne de toute la teinture.
On a augmenté la température petit à petit jusqu’à à 210°F et ajouté une autre petite cuillère car il restait de la teinture dans l’eau. Arrivée à 210°F, on a retiré du feu et on a attendu jusqu’à ce que l’eau soit devenue transparente puis nous avons retiré les écheveaux pour les faire sécher.
Enfin, j’ai mis les écheveaux en balles et voilà !
Je suis assez contente de la couleur et la teinture a bien prise partout, par contre, on est loin d’avoir la qualité que l’on trouve chez SweetGeorgia ! :)
Il faudra que je réessaye ça !


Rendez-vous sur Hellocoton !

Ah Ricardo !

Parce que je ne parle pas que de tricot… :)
Vivant au Québec et aimant manger (comme moi hihi !), vous ne pouvez pas ne jamais avoir entendu parler de Ricardo qui est, je le souligne pour mes compatriotes, le Cyril Lignac québécois (voir un témoignage d’amour d’une de ses fans), la star de la cuisine à la maison, le gendre parfait, celui qui fait jouir les hommes et les femmes en un coup de fourchette !
Mais… Comme à chaque fois que quelque chose est très à la mode, je mets un point d’honneur à ne pas m’y intéresser et puis, comme à chaque fois, je suis forcée d’admettre que le succès n’arrive pas sans raison !
Séb s’est d’abord laissé amadouer par Ricardo en goûtant certaines recettes réalisées par ses collègues. Chaque soir, il rentrait avec une anecdote « ricardesque », une délicieuse recette à essayer et aussi… aussi LA MIJOTEUSE, merveilleux instrument, indispensable en ces temps difficiles : tu vois, l’expatriation, la rudesse du froid hivernal québécois, la rareté des bons petits plats de maman, le besoin de réconfort, l’envie de sentir de bonnes odeurs de bouffe en rentrant du travail… Paraît-il qu’une mijoteuse, ça peut même changer ton couple…
Alors ? Comment rester insensible à tant d’arguments pertinents ?
C’est ainsi que je me suis retrouvée à lui acheter la petite merveille, forcément à un prix imbattable, en spécial sur Amazone, disponible en 4 jours, avec les frais de shipping gratuits, la même que son collègue en plus !
Mais… La mijoteuse n’a pas suffi (vous y croyez vous ?)! Parce que, qu’est-ce que tu fais avec cet appareil magique si tu n’as pas LE livre (le même que son collègue) qui renferme tous les trésors culinaires ? Ah Ah ?
C’est là, qu’un mercredi soir particulièrement difficile (oui, oui, la vie est très dur icite), Séb, après être rentré du travail, s’est dit : « ce soir, c’est le bon soir, je vais chercher le livre à la libraire ! ».
Quinze minutes plus tard, c’était faite, grand sourire à l’appui, nous étions parés pour la grande aventure qui, j’en suis sûre, changerait notre vie A JAMAIS.
Bon, un petit bémol quand même, la mijoteuse, c’est cool, c’est très pratique, ça permet de faire de bons petits plats mijotés qu’on ne se faisait jamais avant mais une bonne cocotte fait aussi bien l’affaire. Si vous avez ça chez vous, pas la peine de faire plus d’investissement. La seule différence avec la cocotte, c’est que la mijoteuse semble plus sécuritaire car on peut la laisser allumée toute la nuit ou la journée sans avoir besoin d’être présent (ce que je ne ferai pas avec une cocotte).
Nous avons donc testé plusieurs recettes qui m’ont conquises : porc effiloché, carbonade flamande (version QC), pain de viande et surtout le pouding au chocolat !
Je crois que je n’ai jamais goûter un gâteau au chocolat aussi cochon !
Malheureusement, ça fait deux semaines que j’ai décidés d’arrêter le sucre (le pourquoi du comment est très bien expliqué ici) donc peu de gâteau pour moi mais j’ai beaucoup aimé le faire : d’abord la sauce que l’on verse dans la mijoteuse, puis la pâte à gâteau que l’on dispose par cuillerées, comme une île flottante et enfin, une fois cuit, le côté moelleux et fondant avec plein de chocolat coulant ! Il a fait l’unanimité parmi nos amis (futur convertis ?).
Voilà comment, je suis, moi aussi, une adepte de la cuisine de Ricardo qui met à notre disposition de très bonnes recettes, très faciles à réaliser chez soi.


Rendez-vous sur Hellocoton !

This is the end my friend

Eh oui ! Je l’ai terminé il y a quelques semaines et le voilà enfin, mon châle mystérieux à la forme si particulière (ABAAB) !
J’ai eu beaucoup de doute quant à sa réussite. Je pensais vraiment qu’il n’allait pas me plaire car je n’aimais pas trop le design du premier indice (A) en forme de triangle mais finalement le rendu n’est pas si mal !
Je n’ai pas pris de photo du châle en train d’être bloqué donc vous ne pouvez pas voir sa forme (que je ne saurais qualifier géométriquement) mais vous pouvez jeter un coup d’oeil sur ce forum pour voir ce que ça donne : châle FYA (ABAAB).
La bordure (B) était interminable mais assez intéressante à tricoter. Je ne regrette pas d’avoir choisi cette option qui permet également d’allonger le châle. D’ailleurs, plusieurs participantes ont modifié le nombre de répétitions de certains éléments pour l’agrandir, ce qui me semble une bonne idée car je trouve le mien légèrement trop petit.
Avec ce châle, j’avais un peu l’impression de m’être lancée dans une aventure du style : « le livre dont vous êtes le héros ». C’était excitant (pour une tricoteuse, c’est sûr que le commun des mortels ne pourra sans doute pas comprendre notre sentiment, mais on est entre nous ici ! :) ) de recevoir un indice par semaine, de ne pas savoir où tout cela allait m’emmener et d’être consciente que chaque choix aurait un impact sur l’avenir (ouh!) (et si je fais le mauvais choix ?!)^^. En plus, il y a aussi le plaisir de voir les copines et de comparer nos résultats, de parler des techniques, du rendu, de la laine que nous avons utilisée…
Les motivations qui m’ont guidée dans mes choix étaient : le challenge, le niveau de difficulté et le mystère. Je me suis dit que j’allais tricoter les options pour lesquels il n’y avait pas de diagramme (donc pas de moyen de connaître le résultat à l’avance) ou bien de choisir l’option qui me paraissait la plus compliquée. J’avais envie d’un projet technique !
De ce point de vue c’était une réussite !
Quant à la laine, j’ai choisi la SweetGeorgia Superwash Sock colori Blackberry en vente sur L’Arbre à laine. Très bon choix pour ce châle, cependant la Sweetgeorgia Tough Love Sock convient également parfaitement et lui donne un rendu plus doux, uni et une texture plus dense : FYA en SweetGeorgia Tough Love Sock.
Voici quelques autres sources d’inspiration pour réaliser ce châle dans une forme un peu plus orthodoxe : les options BABBA illustrées par Jennylrae ou :
Follow Your Arrow BABBA de Jennylrae
Ou encore les options AABBA illustrés par Doado :
FYA en AABBA par Doado
En bref, Follow your Arrow est un châle aux multiples possibilités qui offre, à la fois, plaisir et challenge ! Encore une victoire d’Ysolda ! :)
Ah Ah ! :)


Rendez-vous sur Hellocoton !